Dans le monde, la plupart des pêches de capture sauvage sont au-dessus du rendement maximal durable dont les prévisions augurent l’effondrement des taux actuels d’ici quelques décennies. Cette situation positionne l’aquaculture comme une alternative pour satisfaire, en produits halieutiques, la demande de la population mondiale estimée à 8,5 milliards de personnes en 2020, dont 1,1 milliards en Afrique seulement pour des besoins de l’ordre de 40 millions de tonnes en 2030.

Le secteur de la pêche constitue pour beaucoup de pays africains une composante. C’est dans ce contexte que plusieurs pays ont mis en place un certain nombre d’instruments de politiques pour une gestion durables des ressources halieutiques dont la promotion et le développement de l’aquaculture dans le cadre de la gestion de la ressource.

En effet, la pêche constitue une activité phare des activités du Groupe SOTERCO et la première activité développée grâce à l’expertise internationale nationale, régional et internationale développement par le Groupe SOTERCO depuis sa création.

Par ailleurs, l’aquaculture est considérée comme une politique alternative destinée à maintenir au moins le niveau des captures en limitant la pression sur la ressource et à satisfaire la demande des consommateurs sénégalais ainsi que celle en  produits halieutiques destinés à l’exportation.

Pour répondre à cette demande des pays surtout de l’Afrique de l’Ouest, le Groupe SOTERCO à créé un Département Pêches & Aquaculture dont l’expertise s’étend à la gestion et la planification des pêches, au développement de la pêche artisanale.

Concernant l’aquaculture, le Groupe évalue notamment dans les études de faisabilités et le génie aquacole en général. Ses missions embrassent l’analyse des potentialités aquacoles et piscicoles dont l’évaluation des conditions biologiques, physiques, socio-économiques pour le développement de l’aquaculture.

A cet effet, le Département aquacoles bénéficie de l’appui du Département systèmes d’information du Groupe pour le développement de base de données géo référencées la cartographier des zones propices à l’activité́ aquacole pour mieux affiner les interventions des acteurs. Pour ce faire, des outils de modélisation de SIG sont utilisés pour la cartographie pour indiquer les potentialités et les contraintes pour le développement de l’aquaculture.

Parmi nos références en pêches et aquaculture, le Groupe , pour le compte du gouvernement Cap Vert/Projet Régional des Pêches de l’Afrique de l’Ouest (PRAO)/Banque Mondiale à conduit l’actualisation du Plan de gestion des ressources de la Pêche et Elaboration d’un Plan Stratégique de développement de la Pêche (2012- 2017).

Pour la FAO siège, le Groupe a été retenu pour la Formulation d’une stratégie et d’un Plan d’action pour le développement de la pêche artisanale, de pisciculture et de l’aviculture en Haïti (Sud des Cayes) pour le Gouvernement d’Haïti avec un financement de l’OPEP

Avec le gouvernement du Sénégal, le Groupe a mené l’Etude et mise en place d’une base de données physico-chimiques, socio économiques, environnementales et biologiques adossée à une cartographie/SIG des zones aquacoles potentielles au Sénégal, mai aussi l’Etude de faisabilité technico économique et environnementale pour la mise en place d’une Ecole Supérieure d’Etudes Maritimes.